Deux excellents romans japonais : « La pierre et le Sabre » (1er tome) et « La parfaite lumière » (2ème tome)


 
« La pierre et le sabre » et « La parfaite lumière » sont deux livres écrits par Eiji Yoshikawa qui retracent les aventures du Myamoto Musashi, un célèbre samouraï qui vécut au XVIIe siècle.
Les deux tomes sont conséquents: plus de 700 pages chacun, mais ils sont bien écrits et ils se lisent très facilement.
Myamoto Musashi a réellement existé. Ce samouraï incroyable a lui-même écrit des ouvrages.
L’histoire se passe après la fameuse bataille de Sekigahara qui a mis fin aux guerres féodales et qui a initié une période de paix qui allait déboucher sur l’unité du Japon.
Les deux tomes nous plongent dans ce Japon du XVIIe siècle et ils nous font découvrir tout cet univers passionnant.
Dans les critiques des lecteurs français d’Amazon, beaucoup compare ce livre à nos « Trois Mousquetaires », tandis que la préface, qui est écrite, par un américain fait le parallèle avec « Autant en emporte le vent » et je dois dire, sans vouloir faire celui qui ne sait pas prendre parti, qu’il y a, c’est vrai, des deux: de l’aventure et de l’amour.
Publié en 1935 sous forme de feuilleton dans l’Asahi Shimbun et en 1984 pour l’édition française, ce livre a été un tel succès  au Japon qu’on compte un grand nombre d’adaptations télés, cinématographiques ou sous la forme de manga.
La suite de ma critique de ses deux classiques de la littérature japonaise sur mon ancien blog.